Mairie de l'Huisserie

Attention à la sécheresse !


Les pluies se font très rares. Notre région est placée en vigilance face à la sécheresse. Mais, même si le temps est trop sec, il reste du travail au jardin.
Alors réagissez !


Lorsqu’il fait chaud, la plupart des jeunes plantes semblent souffrir. Bien sûr, on peut les aider en les arrosant, mais cela ne fait souvent que repousser le problème de quelques heures. Des mesures simples permettent d’économiser l’eau tout en fortifiant les plantes.

Cassez la croûte. La terre tassée par le piétinement ou les arrosages laisse s’évaporer deux ou trois fois plus d’eau que lorsque la surface est irrégulière, finement cassée et ameublie par un travail superficiel effectué à la binette. Souvenez-vous de l’adage bien connu : « un binage vaut deux arrosages » !

Couvrez le sol. Pour protéger la terre nue du dessèchement causé par le soleil et le vent, étalez sur le sol tous les matériaux organiques dont vous pouvez disposer : tontes de gazon, feuilles mortes, écorces de pin, paillettes de lin, aiguilles de conifères récupérées sous les haies, et même cartons et vieux journaux.

Réduisez le feuillage. Lorsqu’un arbre ou un arbuste reste fané plusieurs jours, redonnez-lui vigueur en enlevant une grande partie des feuilles pour limiter les pertes dues à la transpiration. Elles repousseront de plus belle l’année prochaine.

Rasez tout ! Lorsque de jeunes plantes vivaces, comme les valérianes rouges, les géraniums vivaces ou les anthémis ont trop souffert de la sécheresse et dont les fleurs et feuilles sont totalement flétries et se dessèchent, n’hésitez pas une seconde à raser toutes les tiges et le feuillage à quelques centimètres du sol.

Et rappelez-vous quelques principes de base : quand il fait chaud, arrosez le soir pour éviter l’évaporation. Utilisez l’eau de pluie récupérée dans des tonneaux. Mouillez surtout le sol, sans asperger le feuillage pour éviter l’apparition des maladies. Préférez un arrosage copieux et espacé plutôt que parcimonieux et fréquent. En effet, les racines se développent en fonction de l’humidité contenue dans la profondeur du sol.

Souvenez-vous de ne jamais mouiller les feuilles d’un rosier lors de l’arrosage. Sinon, la pellicule d’eau qui va se déposer sur le limbe des feuilles est le milieu le plus favorable pour le développement de deux maladies cryptogamiques : les taches noires (marsonia) et le blanc (oïdium). En arrosant directement sur le sol, vous effectuez une lutte préventive naturelle contre ces maladies assez graves.

Et dites-vous que si votre jardin n’est pas aussi beau cette année, les précautions dont vous allez l’entourer lui permettront de passer cette dure période sans trop d’encombres. Et vous le retrouverez pimpant l’année prochaine !


 

> Retour article Jardinage